Entretien avec Laurent Vézinhet, maire-adjoint délégué à la culture, pour faire le bilan de la première année de fonctionnement de l'espace "arts et cultures" de Bram : les essar[t]s :

Regards : la première saison des essar[t]s se termine, un premier bilan ?

Laurent Vézinhet : Oui et un bilan déjà très encourageant bien au-dessus de nos prévisions. Que ce soit la fréquentation qui terminera aux alentours de 8000 visiteurs pour 10 mois d’ouverture, la satisfaction du public à la sortie des expositions, les félicitations des bramais qui se sont déjà approprié le lieu … Tout cela est positif et correspond à nos objectifs : ancrer les arts visuels dans la vie quotidienne des bramais, leur proposer des œuvres et des artistes de qualité dans un bel écrin, faire du Kfé un lieu agréable où l’on vient pour lire ou se détendre, découvrir les ouvrages d’art ou les exposition.

Regards : quelle est la plus belle réussite ?

LV : sans hésiter la fréquentation des habitants de Bram et le lien tissé avec les écoles, le collège, les associations. La médiation a commencé timidement avec des ateliers photos, mais elle monte en puissance et la demande commence à se faire sentir très fortement. C’est un axe central de notre projet : faire participer tous les publics, leur proposer d’entrer dans la création, de côtoyer les artistes, de s’initier ou se perfectionner … Et ça fonctionne bien. Oui, plutôt que de vous parler du succès régional immense de l’expo Capa, je préfère retenir ce volet plus discret mais plus ambitieux de notre action culturelle.

Regards : vous abordez donc l’année 2015 confiant ?

LV : oui d’autant que la programmation va évoluer, se diversifier, s’intensifier. Je crois que l’exposition « Robes de Papier » de Catherine Cappeau qui ouvrira la saison 2 va éblouir le public par son originalité, sa beauté, la créativité de cette artiste hors du commun. Et puis ce sera notre première résidence d’artiste, permettant aux différents publics – scolaires ou visiteurs – d’entrer pleinement dans le monde de Catherine Cappeau. Puis l’événement photo de l’été autour du rugby sera certainement un vrai temps fort également : 4 artistes contemporains qui ont traité chacun à leur manière ce sport ancré dans notre ville, des photos illustres issues du fonds photo du « Château d’Eau » (Toulouse), et puis l’appel fait aux archives des bramais pour faire le lien avec notre mémoire collective, l’atelier photo avec les jeunes du RELM … On est vraiment en phase avec notre identité culturelle au sens propre.

Regards : d’autres événements à nous annoncer ?

LV : vous savez que j’aime bien garder un peu du secret qui entoure nos projets pour que la découverte se fasse pas à pas. Disons que nous allons faire en 2015 un tour exploratoire d’autres formes d’art : peinture avec une création originale pour les essar[t]s d’un artiste talentueux, arts numériques en collaboration avec le Graph, et puis un « essar[t]s au singulier » pour faire découvrir au public des sculptures et des toiles bien peu académiques … De quoi susciter – je l’espère – l’enthousiasme et la curiosité tout au long de l’année.