Discours prononcé par Claudie Méjean, Maire de Bram, le dimanche 8 mai 2017 lors de la cérémonie de commémoration du 72ème anniversaire de la victoire du 8 mai 1945 :
 
Il y a 72 ans. Le 8 mai 1945, l'Allemagne nazie capitulait après 5 années d'un terrible, douloureux et cruel conflit.
 
Rappelons-nous de ces 5 années d’atrocités pour notre humanité : les déportations, l’horreur des camps de concentration et d’extermination, l’holocauste, les massacres en masse d’hommes, de femmes et d’enfants, pendus, fusillés, gazés, victimes innocentes de la barbarie nazie.
 
Rappelons-nous que le 8 mai c’est la Paix qui a triomphé du mal, au prix de près de soixante millions de morts, majoritairement civiles, de centaines de millions de blessés et de peuples presqu’entièrement décimés à l’image des juifs qui étaient sept millions en Europe avant la guerre et seulement un million après.
 
Le 8 mai, c’est la victoire de la Paix sur l’une des pages les plus sombres de notre histoire de France et de celle de l’Europe.
 
Le 8 mai c’est l’avènement de la Démocratie et de la liberté en France et en Europe.
 
Depuis ce jour, nous avons la chance de vivre dans un pays et une Europe en paix mais cette victoire doit rester un combat de tous les jours. La Paix est une chance inouïe et pourtant si fragile. Ils sont nombreux ceux qui voudraient la faire vaciller. Elever les uns contre les autres. Faire croire que les uns sont supérieurs aux autres. Construire la peur de l’autre.
 
Il est en effet parfois plus facile de brocarder l’Union Européenne que de la défendre, à l'heure où des incendies terroristes s’allument et peuvent, à tous moments, déboucher sur le pire.
 
Soyons fiers de cette Paix chèrement acquises ! Souvenons-nous le prix payé ! Et regardons autour de nous combien le monde est fragile avec des guerres, des dictatures, des libertés bafouées … Notre démocratie nous protège ! Notre devise nous soude dans cet espace de paix : liberté, égalité, fraternité.
 
Aujourd’hui nos enfants ont chanté avec force et vigueur l’hymne nationale et je veux tout particulièrement remercier Les Sans-soucis, les enseignants de l’école élémentaire et l’école intercommunale de musique sous la direction d’Henri Ciprian. Vous avez permis de faire raisonner ces mots dans nos cœurs et dans nos âmes, pour que nous nous souvenions le poids de chacun et leur force. C’est ainsi que nous continuons le combat en 2017 ! En nous souvenant de ces 72 années écoulées et en nous souvenant qu’au lendemain du 8 mai il avait fallu tout reconstruire ! C’est en formant des citoyens conscients, responsables et solidaires que nous conserverons cette Paix. Elle suppose de la tolérance, une volonté́ d'Unité́ et le respect de l’autre dans toute notre belle diversité !
 
J’emprunterai à Victor Hugo les mots de la fin : « Et de l'union des libertés dans la fraternité des peuples naîtra la sympathie des âmes, germe de cet immense avenir où commencera pour le genre humain la vie universelle et que l'on appellera la paix de l'Europe.
 
La Paix est un combat et la République et ses valeurs nos armes. Ce combat nous n’avons pas le droit de le perdre.