Le Département va pouvoir démarrer prochainement les premiers travaux de création du contournement nord-est de BRAM, ayant reçu fin juillet toutes les autorisations de l’Etat.
 
Mais déjà, avant de s’occuper de la route en elle-même, la réglementation a imposé au Département des études concernant notamment la protection de la faune et de la flore locale. Il est ainsi apparu que le tracé de cette route va faire disparaître un habitat d’alimentation du crapaud épineux, va engendrer le déplacement d’un fossé où deux espèces de crapauds se reproduisent et va renforcer le risque de mortalité de plusieurs espèces d’amphibiens par écrasement.
 
La loi sur la protection de la nature « remise » au goût du jour par le Grenelle de l’Environnement impose donc au maître d’ouvrage de prendre en compte la biodiversité et, s’il ne peut éviter ou réduire les impacts défavorables, dans le cadre de projets d’intérêt général, de compenser la destruction d’espèces ou d’habitats.
 
C’est ainsi que l’arrêté préfectoral autorisant le Département à créer cette déviation prescrit la création de 3 mares entourées d’arbustes afin de reproduire un habitat de qualité pour ces animaux et favorables à leur reproduction.
 
Ces mares ont été édifiées en juillet grâce au soutien de spécialistes en amphibiens, les plantations auront lieu en automne et des panneaux d’information renseigneront les visiteurs. A noter qu'elles ne seront pas remplies de façon pérenne, car la période de reproduction des amphibiens se situe au printemps uniquement : les pluies d’automne et hivernale suffiront.
 
Il est également demandé de respecter ces lieux, et de ne pas déverser divers animaux aquatiques (poissons, tortues) qui seront susceptibles de devenir de remarquables prédateurs des amphibiens, têtards ou adultes annulant ainsi l’effet recherché.