Depuis quelques jours, à proximité du centre de secours et du city stade, le quartier du Téoulel est devenu le théâtre d'un chantier d'aménagement paysager inédit à Bram : celui de la création d'un jardin pluvial.

La ville de Bram a en effet décidé de transformer l'ancienne mare que les riverains appelaient le «trou de Beautes» en un jardin de pluie, dont le but est de capter les eaux de ruissellement en leur permettant d’être absorbées lentement par le sol.

Les peupliers qui apportaient des nuisances aux riverains, surtout au printemps, en fin de pollinisation, ont été abattus il y a deux ans mais les travaux n'avaient pu être menés à leur terme compte tenu des intempéries et du niveau de l'eau bien trop haut qui empêchait les engins de terrassement d'accéder sur le site.

Depuis mardi, les engins de chantier ont donc pris place entre le centre de secours et le city stade afin de dégager, dans un premier temps, les troncs d'arbres qui s'étaient amoncelés dans et à proximité de la marre. Il ont également entrepris le creusement des trois bassins destinés recevoir les eaux de ruissellement de tout le quartier. Ces bassins seront végétalisés avec la mise en place d'une cinquantaine d'arbres et arbustes et d'un engazonnement avant les pluies de l'hiver ou au printemps.

L'objectif est de faire que cet espace soit accessible par l'intermédiaire de cheminements piétons créés entre les bassins peu profonds, que l'eau rejoigne la nappe phréatique en étant filtrée naturellement par l'intermédiaire des végétaux sélectionnés et que l'ensemble soit aussi facilement accessible pour les équipes ayant en charge son entretien.